Previous post Next post

Les économistes de Suisse disent NON à Monnaie pleine. Sondage KOF.

Les économistes d’universités et d’instituts de recherche de Suisse ont été invités à donner leur avis sur la votation, du 10 juin 2018.

Malgré le message ambitieux: « Pour une monnaie à l’abri des crises : émission monétaire uniquement par la banque nationale !», le titre n’a pas suffi à accrocher les répondants à l’enquête d’opinion menée par le Centre de recherche économique KOF de l’Ecole Polytechnique de Zurich.

https://www.kof.ethz.ch/en/surveys/experts-surveys/economistis-surveys/sovereign-money-initiative.html

ballot box vote Switzerland

- Click to enlarge

Voici les 7 thèmes, questions et  résultats de l’enquête tels que publiés par le KOF:

1) Opinion générale: Les trois quarts des participants à l’enquête s’opposent à l’initiative Monnaie pleine.

Sovereign Money Initiative

Sovereign Money Initiative

Quelle est votre opinion générale sur la réforme proposée de l’initiative Sovereign Money? Êtes-vous en général favorable à l’initiative, êtes-vous neutre ou la rejetez-vous? (en pourcentage) - Click to enlarge

2) Evaluation du degré de risque de défaut actuel des banques sur les comptes courants. Pour la majorité des économistes qui ont répondu, le risque de défaut est qualifié de faible à très faible.

Sovereign Money System Risk

Sovereign Money System Risk

Dans notre système actuel, les comptes courants des clients (comptes de chèques) sont soumis à un risque de défaillance en cas de faillite d’une banque. Un système de monnaie souveraine devrait éviter ce risque. Compte tenu des mécanismes de sécurité actuels, quel est le risque de défaut dans le système actuel? (en pourcentage) - Click to enlarge

 

3) Impact de Monnaie pleine sur la stabilité financière: Le lien entre l’initiative et la stabilité financière n’est pas démontré pour la majorité des économistes interrogés. Près de 50% affirment qu’elle n’augmente pas la stabilité financière. Une trentaine de pourcent du groupe des répondants pense qu’elle augmente la stabilité mais n’est pas la bonne solution. Seule une dizaine de pourcent pense que l’initiative est la réponse adéquate à l’amélioration de la stabilité financière.

Sovereign Money Initiative to Separate Money Creation

Sovereign Money Initiative to Separate Money Creation

L’initiative Sovereign Money vise à séparer la création de monnaie des activités de prêt. - Click to enlarge

Certains économistes sont d’avis que cela non seulement sauvegardera les transactions de paiement, mais augmentera également la stabilité financière globale. D’autres ne sont pas d’accord. Selon vous, cette séparation augmente-t-elle la stabilité financière et est-elle une mesure appropriée pour atteindre cet objectif? (en pourcentage)

4) Augmentation du coût du crédit. Une large majorité  des participants à l’enquête estime qu’un système de monnaie pleine entraînerait une augmentation des coûts de crédit. . D’autres ne croient pas qu’il existe un risque de coûts de crédit plus élevés puisque la banque centrale peut fournir des fonds aux banques. Dans quelle mesure êtes-vous d’accord ou pas d’accord avec l’affirmation suivante: «Les prêts deviennent plus chers dans le cadre du système proposé de monnaie souveraine»? (en pourcentage)
5) Indépendance de la BNS. Pour la majorité des répondants,  le danger en ce qui concerne l’indépendance de la BNS est réel. Près d’un tiers des participants à l’enquête considère même comme très probable l’atteinte à l’indépendance de la BNS.

Sovereign Money Initiative Circulation Transfer

Sovereign Money Initiative Circulation Transfer

Dans le cadre de l’initiative Sovereign Money proposée, l’argent sera mis en circulation sous forme de transferts au gouvernement fédéral, aux cantons ou aux citoyens, soit par l’achat de titres, soit par l’octroi de prêts garantis. - Click to enlarge

Les critiques affirment que l’attribution directe d’argent au gouvernement ou aux citoyens porterait atteinte à l’indépendance de la Banque nationale suisse (BNS). D’autres ne voient pas cela comme un problème puisque la BNS déciderait de la quantité de monnaie souveraine à mettre en circulation. Selon vous, dans quelle mesure cela risque-t-il de compromettre l’indépendance de la BNS? (en pourcentage)

6) Risques associés à la transition vers un nouveau système monétaire. Le verdict concernant le risque d’un changement de système est également clair. Près de 70% des participants à l‘enquête le qualifient d’élevé à très élevé.Environ 2 à 3% affirme qu’il n’y a pas de risques!

Sovereign Monetary System Changes in the Financial Sector

Sovereign Monetary System Changes in the Financial Sector

La transition vers un système monétaire souverain serait associée à des changements dans le secteur financier. - Click to enlarge

Les opposants croient qu’un changement comporte des risques importants. D’autres pensent que la transition ne serait pas problématique. Selon vous, quels sont les risques associés à la transition vers un nouveau système en Suisse? (en pourcentage)

7) Evaluation de la stabilité financière en général. Cette question n’est pas liée à l’initiative elle-même. Elle demande aux répondants de se positionner par rapport à la stabilité du système financier en général. La moitié des participants à l’enquête considère que les mesures réglementaires actuelles sont insuffisantes pour assurer la stabilité financière.

The Great Recession

The Great Recession

La Grande Récession a montré que les crises financières peuvent aller de pair avec des coûts macroéconomiques importants. - Click to enlarge

Des efforts ont été entrepris depuis pour rendre le système financier plus stable, tant au niveau national qu’international. Certains sont d’avis que les mesures réglementaires actuelles sont suffisantes pour garantir une stabilité adéquate du système financier. D’autres ne sont pas d’accord. Dans quelle mesure êtes-vous d’accord ou pas d’accord avec l’affirmation suivante: « Les mesures réglementaires actuelles sont-elles suffisantes »? (en pourcentage)

La méthodologie

Sur 748 économistes approchés, une centaine effectuant des recherches en Suisse, par exemple dans des universités ou des établissements d’enseignement supérieur, a répondu aux questions.
Face à ce sujet très technique, nous pouvons imaginer que des économistes spécialisés dans des domaines différents de celui qu’aborde Monnaie pleine ait fait le choix de s’abstenir de répondre.
Ceci dit l’évaluation faite par des spécialistes, même en petit nombre, reste très importante. D’ailleurs, ils ne manquent pas d’être critiques et de relever les problèmes inhérents au système financier actuel.
Il n’en demeure pas moins que le nombre de répondants de 100 reste un point potentiellement critiquable de cette analyse.
https://www.srf.ch/news/schweiz/abstimmungen/abstimmungen/vollgeld-initiative/vollgeld-initiative-umfrage-zeigt-schweizer-oekonomen-lehnen-vollgeld-ab

Compléments qualitatifs à l’enquête

Nous pouvons toutefois compléter de manière qualitative cette enquête en nous référant à la personnalité de référence en Suisse de l’initiative qu’est le professeur Sergio Rossi de l’Université de Fribourg.

Dans  un article où M Rossi est interviewé, nous apprenons que si (M Rossi) « a rejoint le camp de «Monnaie pleine» sur le fond, après s’être tout d’abord montré très critique, Sergio Rossi reste en désaccord sur la solution. Le professeur soutient une approche plus douce que celle des initiants. «

Sergio Rossi, l’esprit critique de la finance. ATS/ TdG https://www.tdg.ch/suisse/sergio-rossi-esprit-critique-finance/story/11234830
Dans un autre contexte, un reportage de la télévision suisse, le professeur Rossi reconnaît qu’il appartient à un groupe de 4-5 personnes, qualifiées de connaisseurs de la monnaie. En toute honnêteté, il reconnaît que ses collègues ne valident pas le concept qui est derrière cette initiative…
https://www.rts.ch/play/tv/mise-au-point/video/chacun-sa-croix-sergio-rossi?id=9471118&station=a83f29dee7a5d0d3f9fccdb9c92161b1afb512db (à partie de 3’10)

Forts de ces informations quantitatives et qualitatives, nous pouvons conclure que les économistes suisses s’accordent à reconnaître que le système financier global pose de gros problèmes en matière de stabilité, mais que, à quelques exceptions près, ils dénient à l’initiative la capacité d’y répondre…

Le sujet qui interpelle et qui est le véritable enjeu est de savoir s’il faut se joindre à M Rossi quand il dit que « l’initiative n’a aucune chance de passer la rampe. (…). Mais il est important de voter oui pour donner un signal»…

Sergio Rossi, l’esprit critique de la finance. ATS/ TdG https://www.tdg.ch/suisse/sergio-rossi-esprit-critique-finance/story/11234830

 Si la majorité des votants suivent la consigne de vote de M Rossi, dont le raisonnement devient d’un coup politique et non plus économique, nous nous retrouverons le 10 juin 2018 à midi avec une modification de l’ordre monétaire suisse massivement décrié par les économistes…

Liliane Held-Khawam

Notre dossier Monnaie pleine ici

Full story here
Liliane Held-Khawam
Bienvenue sur le blog personnel de Liliane Held-Khawam! Vous trouverez ici plusieurs publications parues dans la presse ou dans des revues spécialisées. Liliane Held-Khawam est née à Héliopolis (Egypte) et a vécu au Liban, en France, Suisse, Etats-Unis.
Previous post See more for 2) Swiss and European Macro Next post
Tags: ,,,

Permanent link to this article: https://snbchf.com/2018/05/held-khawam-les-economistes-suisse-disent-non-monnaie-pleine-sondage-kof/

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.