Previous post Next post

Les réserves de la BNS au service des investisseurs étrangers

M Cedric Tille, professeur d’Economie (Cédric tille bns)  vient de publier une étude fort intéressante qui gagne à être découverte. Elle cartographie la position économique de la Suisse par rapport au reste du monde. Il démontre à quel point la structure qui compose le moteur économique, financier et monétaire de la Suisse dans ses relations avec l’étranger avait changé en dix ans. Grâce à lui, nous voyons que la BNS se substitue aux agents économiques et financiers privés pour financer les investissements qui globalisent le monde.

Ce travail est d’autant plus important que M Tille est au Conseil d’administration de la BNS.

Pourquoi fait-elle ceci? Que dit son mandat? Sommes-nous encore dans une économie libre et de marché ou avons-nous basculé dans un monde collectiviste? 

Interban Clearing

Logo, symbole de la clé de financement du bilan de la BNS - Click to enlarge

En attendant, il s’agit de profiter de quelques informations que M Tille a bien voulu nous offrir pour en savoir plus d’une part, mais aussi (égoïstement) de vérifier les écrits de ce site sur le sujet.

Nous avions annoncé lors de la fixation du taux plancher que les exportateurs de biens suisses avaient modifié leurs destinations, et que la part des exportations en zone euro étaient inférieures aux 60% annoncés par la BNS. Nous le voyons bien sur le graphique publié par M Tille. (https://www.letemps.ch/economie/2012/11/20/plancher-euro-un-choix-partisan

Geographical Composition of Goods Export, 1990 - 2016

Geographical Composition of Goods Export, 1990 - 2016

- Click to enlarge

M Tille met en avant le rôle des Big pharmas qui sont devenus le moteur de l’exportation, et que eux sont résilients au problème de change. Voici l’évolution des exportations suisses par

Switzerland Export, 1990 - 2016

(see more posts on Switzerland Exports, )
Switzerland Export, 1990 - 2016

- Click to enlarge

FLUX NETS DES INVESTISSEMENTS DIRECTS SUISSES A L’ETRANGER 2000-2016

Dans la masse d’informations et commentaires fournis par M Tille, un passage interpelle plus que les autres. Il s’agit de l’évolution des flux nets d’investissements entre la Suisse et l’étranger. Il concerne la partie basse de la balance des paiements qui traite du Compte de capital.

Switzerland Net International Investment Position, 2000 – 2016:

Switzerland Net International Investment Position, 2000 - 2016

Switzerland Net International Investment Position, 2000 - 2016

Nous pouvons constater un effet « miroir entre la ligne bleue de la BNS et rouge des banques. Ce qui manque aux uns pourrait bien être ce qui charge l’autre…? - Click to enlarge

D’ailleurs, pour la bonne forme, voici le compte courant des banques auprès de la BNS depuis 2009. La courbe ressemble passablement à celle des investissements de la BNS à l’étranger (Courbe bleue plus haut) présentée par M Tille.

Liquiditès dans le Swiss Interbank Clearing

Liquiditès dans le Swiss Interbank Clearing

- Click to enlarge

Les liquidités présentées ci-dessous sont de la monnaie bancaire scripturale à la base, devenue centrale de par leur détention par la BNS.

Ces liquidités sont donc garanties par la CONFEDERATION.

Liquiditès dans le Swiss Interbank Clearing, 2012 - 2016

Liquiditès dans le Swiss Interbank Clearing, 2012 - 2016

- Click to enlarge

M Tille nous explique que jusqu’en 2007, le solde net était porté essentiellement par le secteur non-bancaire (ligne verte) qui investissait à l’étranger (dans des sociétés-filles, des actions, obligations). Ce solde en faveur de l’exportation de capitaux, montre l’intensité avec laquelle la Suisse a redistribué son outil de production avec le reste du monde. Il s’agit essentiellement là de l’ensemble des investissements des entreprises qui ont amené les entreprises exportatrices à se délocaliser… C’est la raison pour laquelle nous avons toujours contesté l’excuse du plancher à l’euro, comme approche au service des exportateurs. Ceux qui avaient vraiment besoin de baisser leurs  coûts étaient déjà partis. Restaient ceux qui étaient résilients  aux taux de change, comme les Big pharmas. Résilience qui peut être alimentée par une  hypothèse politiquement incorrecte relative à des offres alléchantes de soutien public au niveau des secteurs R&D par exemple, ou au niveau du pack de brevets, …?

Peu importe.

Les flux nets de la ligne rouge montrent que jusqu’en 2007, les banques présentaient un solde qui tournaient autour du zéro. Leurs exportations de capitaux étaient compensées par leurs dettes à des tiers étrangers. Pendant ce temps, les réserves détenues par la BNS ne représentaient pas plus de 15% du PIB de 2007. Mais surtout la ligne bleue de la BNS montre jusqu’à cette date fatidique un historique de stabilité de sa politique monétaire.

La période 2007-2008 est très intéressante. On y voit  que le solde des flux bancaires qui commençait à être négatif en 2006 s’aggrave dès 2007. Depuis, il n’a cessé d’empirer. Ceci fait dire à M Tille que la chose ne peut être expliquée que partiellement par le retrait des banques étrangères de la Suisse. In fine, le secteur bancaire est devenu débiteur à hauteur de 50% vis-à-vis du reste du monde.

A partir de la crise des banques européennes, le secteur non bancaire a commencé aussi à jouer un rôle moindre dans la participation de la Suisse à la mondialisation. M Tille explique que globalement, le retrait marqué du secteur privé bancaire et non bancaire, qui dans sa totalité se compense à peu près, a été compensé par les réserves de la BNS qui atteignent à la fois  le 100% du PIB et la totalité du solde des flux nets d’investissements (NIIP).

Pour faire simple, la BNS a pris la place des entreprises bancaires et non bancaires privées pour maintenir les flux d’investissement en partance depuis  la Suisse vers l’étranger. 

Nous le savions, nous l’avions dit, mais venant d’un grand expert international tel que M Tille, qui est de surcroît membre du Conseil de la BNS, expert auprès de la BCE et anciennement expert à la Fed, cela a un autre impact!!!

Mais revenons aux deux positions de la BNS et des banques dans les flux nets. M Tille ne nous explique pas les mécanismes qui permettent à la BNS de détenir autant de réserves monétaires.  Nous savons que ces sommes faramineuses sont la propriété des banques commerciales puisque déposées dans leurs comptes courants gérés par SIC de SIX group.

Nous pourrions aussi dire que le solde négatif des flux d’investissements bancaires (courbe rouge de M Tille) serait compensé au cas où on affectait les investissements à l’étranger de la BNS à ses clientes bancaires, propriétaires des fonds. La BNS serait-elle en train de se positionner en interface unique entre le marché global et les banques en Suisse?  

Au vu de tout ce qui précède, il est urgent de se demander pourquoi les banques sont-elles reléguées à l’arrière-plan? Pourquoi la BNS concentre-t-elle TOUS les pouvoirs en tant qu’investisseur, sachant que ceux qui gèrent réellement sont des sous-traitants privés qui ne sont pas liés par la loi sur la BNS?

Liliane Held-Khawam

Source des graphiques et commentaires: The Changing International Linkages of Switzerland: An Overview (CEPR, DP12176)

Article sur le sujet: https://www.letemps.ch/economie/2017/08/28/gagnants-perdants-suisses-dix-ans-apres-crise?utm_source=facebook&utm_medium=share&utm_campaign=article

Full story here
Liliane Held-Khawam
Bienvenue sur le blog personnel de Liliane Held-Khawam! Vous trouverez ici plusieurs publications parues dans la presse ou dans des revues spécialisées. Liliane Held-Khawam est née à Héliopolis (Egypte) et a vécu au Liban, en France, Suisse, Etats-Unis.
Previous post See more for SNB Next post
Tags: ,,,

Permanent link to this article: https://snbchf.com/2017/08/held-khawam-reserves-bns-service-investisseurs-etrangers/

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>